Le Collectif social présente l’exposition Que portais-tu ?

Pour plusieurs d’entre nous, la pandémie de COVID-19 nous rend la vie plus difficile. Le contexte actuel et la distanciation sociale compliquent bien des choses dont l’organisation d’activités de prévention des violences sexuelles. Pourtant, même si les étudiantes et les étudiants sont absents des campus, la violence sexuelle, pour sa part, est restée bien présente dans leurs vies et peut se manifester sous diverses formes.

Devant ce constat, le Collectif social s’est retroussé les manches pour élaborer un tout nouvel outil virtuel de prévention des violences sexuelles. Déjà bien connue à travers le monde, l’exposition Que portais-tu ? a été adaptée en format virtuel et est offerte gratuitement à l’ensemble des communautés collégiales et universitaires du pays.

Surveillez vos courriels, vous devriez déjà avoir reçu toutes les informations pour participer à notre lancement et pour diffuser l’exposition auprès de vos membres. Vous avez manqué le lancement ou vous avez des questions supplémentaires sur le projet ? Écrivez à Andréanne St-Gelais, la directrice du Collectif social, au andreanne@aseq.com.

La Fondation de l’ASEQ devient le Collectif social

De grands changements s’amorcent au sein de notre Fondation, qui vient tout juste de changer de nom et s’appelle désormais le Collectif social ! Bien plus qu’un changement de nom et de logo, cette nouvelle est aussi source de renouveau pour la Fondation, qui voit sa mission évoluer. En effet, le Collectif social visera désormais à déployer et soutenir la réalisation d’initiatives de nature communautaire ou sociale qui répondent aux besoins des communautés étudiantes sur les campus des établissements d’enseignement supérieur.

Connaissez-vous déjà notre projet Commande un Angelot ? En place depuis 2017, Commande un Angelot vise à prévenir et sensibiliser la communauté étudiant aux violences sexuelles. Sous sa toute nouvelle mouture, le Collectif social fera la promotion d’une panoplie de projets, d’activités et d’initiatives. Ceux-ci pourront porter sur les violences sexuelles, sur la consommation responsable, sur l’environnement et le développement durable, sur la diversité et l’inclusion. Bref, sur tous les enjeux qui tiennent à cœur aux étudiantes et aux étudiants de partout au pays. D’ailleurs, si vous avez des suggestions ou des idées en tête, on veut vous entendre ! N’hésitez pas à nous écrire pour nous en faire part.

Si vous aviez l’habitude de référer vos membres à la Fondation de l’ASEQ pour réaliser des projets étudiants, nous tenons à vous rassurer. Aucune inquiétude à y avoir, le financement des projets étudiants vont se poursuivre sous la bannière du Collectif social. Les étudiantes et étudiants pourront donc toujours profiter d’un financement généreux pour les aider à réaliser leurs projets. Pour le moment, le site Internet de la Fondation est toujours actif et c’est encore par le biais de celui-ci que les projets pourront être déposés. La prochaine date limite approche à grands pas : 15 mars 2021. N’oubliez pas de passer le mot à vos membres !

L’importance de donner la parole à la communauté étudiante

Avec la hausse de l’anxiété, de la dépression, du stress et des idées suicidaires, il est aujourd’hui plus important que jamais d’écouter les jeunes et de répondre aux préoccupations croissantes en santé mentale au sein de cette population. Jack.org, la plus grande organisation caritative pour la santé mentale des jeunes au Canada, a récemment publié le rapport 2020 de La voix des jeunes, qui s’appuie sur la voix de plus de 1 100 jeunes de partout au pays.

Le rapport La voix des jeunes arrive à point, alors que les problèmes sérieux en santé mentale ont augmenté de façon significative depuis le début des mesures de lutte contre la pandémie en mars 2020. En parallèle à ces taux alarmants, le rapport note « une crise profonde sur le plan de l’accès » puisque les temps d’attente constituent un obstacle important à l’accès aux soins. Par exemple, le temps national d’attente pour des services en psychiatrie était de 19 semaines en 2015, tel que rapporté par l’Institut Fraser. Ces délais peuvent avoir un impact majeur sur le bien-être des jeunes. Le rapport La voix des jeunes indique également que 74 % des membres de Jack.org sondés « reconnaissent que les longs délais d’attente pour accéder aux ressources étaient un obstacle à l’obtention d’aide dans leur communauté ». Le manque de ressources sensibles à la culture, l’accès dans les milieux ruraux et les communautés éloignées sont parmi les autres préoccupations soulevées.

Le Programme mieux-être, fourni par l’ASEQ, est une ressource qui s’adresse à plusieurs de ces besoins. Le service de soutien du Programme mieux-être est disponible de multiples façons, afin de permettre aux étudiantes et étudiants de choisir ce qui leur convient le mieux. Les options offertes sont en personne, par téléphone, par vidéoconférence ou via l’application mobile. Pendant cette période sans précédent où les sessions en personne ne sont pas possibles, l’assistance est toujours disponible via les méthodes en ligne. Nous avons remarqué une augmentation des demandes pour du soutien.

Le Programme mieux-être est aussi adapté aux différentes cultures, soucieux de l’identité de genre et respectueux des croyances. Tous les professionnelles et professionnels du Programme mieux-être doivent suivre une formation de sensibilisation obligatoire avant de se joindre au programme. De plus, les étudiantes et étudiants peuvent demander que la professionnelle ou le professionnel parle leur langue ou possède une spécialité en particulier, tel que les préoccupations PANDC ou LGBTQ+. Ceci augmente la probabilité d’une relation thérapeutique positive qui conduit à de meilleurs résultats.

Finalement, l’ASEQ travaille activement sur une version améliorée du Programme mieux-être pour l’automne 2021. Dans le cadre de ce projet, nous reconnaissons l’importance de la voix de la communauté étudiante. Nous soutenons les étudiantes et étudiants à travers le pays et notre travail est toujours informé par des recherches, des données et des rapports tels que le rapport La voix des jeunes. Nous remercions Jack.org pour leur travail important et nous restons engagés à répondre aux besoins des jeunes en matière de santé mentale.

Rencontrez Elizabeth!

La Dre Elizabeth Cawley, la plus grande experte en santé mentale étudiante, s’est jointe à l’équipe d’ASEQ | Studentcare en mars 2020 à titre de Directrice de la stratégie nationale de santé mentale.

La Dre Elizabeth Cawley détient un doctorat en psychiatrie de l’Université McGill, avec une spécialisation sur la santé mentale des étudiantes et étudiants de niveau postsecondaire. De 2017 à 2020, grâce à son poste de coordonnatrice en santé Medavie sur le campus pour l’Association des universités de l’Atlantique (AUA), elle a pu travailler avec 18 établissements d’enseignement postsecondaire et 4 organismes gouvernementaux pour faire avancer le programme en santé mentale dans le Canada atlantique. En 2018, elle fut sélectionnée pour siéger comme membre expert sur le comité technique qui développe la Norme nationale sur la santé mentale et le bien-être des étudiantes et étudiants de niveau postsecondaire, qui été publiée en octobre. En tant que membre active de ce comité, la Dre Cawley est en train d’écrire le livre sur la santé mentale sur les campus.

Avant de se joindre à l’Association des universités de l’Atlantique, la Dre Cawley a été consultante pour de nombreuses universités canadiennes de renom, pour les aider à élaborer et à mettre en œuvre leurs stratégies en matière de santé mentale. Elle fut également une membre du conseil d’administration de Jeunesse, J’écoute, travaillant, entre autres, à la mise en place de Crisis Text Line au Canada. De plus, la Dre Cawley a collaboré avec de nombreuses entreprises privées et organismes à but non lucratif qui se consacrent au développement de solutions technologiques novatrices pour les services en santé mentale sur les campus postsecondaires à travers le Canada.

Nos gestes pour la COVID-19

Nous pensons qu’il est juste de dire qu’en ce moment c’est une période étrange pour la plupart d’entre nous, si ce n’est pas tout le monde. Nous croyons également que votre boîte de courriels a débordé de mises à jour au sujet de la COVID-19 de la part de toutes les infolettres auxquelles vous êtes inscrit. Certains de ces courriels nous ont seulement avertis du fait que donner notre adresse courriel à ce magasin aléatoire pour obtenir 10 % de rabais n’en valait peut-être pas la peine. Oui, ceci est une autre de ces mises à jour, mais écoutez-nous : nous sommes convaincus que ces informations pourront vous aider à soulager un peu de stress et d’anxiété.

Au cours des dernières semaines, l’ASEQ a mis en place de nombreuses mesures pour assurer la continuité de nos services et pour développer de nouvelles initiatives pour soutenir la communauté étudiante.

Voici quelques initiatives importantes que nous avons mises en place :

  • En collaboration avec nos firmes d’avocats partenaires au Québec et en Ontario nous offrons un service gratuit de consultations juridiques aux membres des associations étudiantes participantes. Ce service, offert pour les quatre prochaines semaines, répondra aux questions juridiques concernant les impacts de la COVID-19.
  • Un nouveau partenariat avec une des principales entreprises de télémédecine au Canada est présenté aux associations étudiantes qui pourraient être intéressées ;
  • Nos partenaires du Programme d’aide en santé sont prêts à répondre aux demandes des étudiantes et étudiants en ces temps difficiles.

Nous avons également transféré les membres de notre équipe à des postes de travail à la maison, tout en maintenant notre niveau de service pour les membres. Bien que la plupart de nos bureaux sur les campus soient présentement fermés, les étudiantes et étudiants peuvent toujours nous joindre s’ils ont des questions au sujet de leur Régime de soins de santé et dentaires.

De plus, nous avons développé, avec les assureurs affiliés, des documents de références pour les étudiantes et étudiants à l’étranger pour nous assurer qu’ils demeurent informés des exclusions et des restrictions de leur assurance voyage.

L’ASEQ se dévoue pour soutenir la communauté étudiante en ces temps incertains. Nous travaillons sans relâche pour garder nos membres, nos employés et les communautés (dans lesquelles nous opérons) en sécurité et en santé.

Rencontrez Alexander!

Alexander est un de nos gestionnaire de compte. Il est diplômé de l’Université de Carleton, où il a étudié les relations internationales. Il a complété un mandat de deux ans en tant que président de l’association étudiante (CUSA). Au cours de ses mandats, Alex a dirigé avec succès la mise en œuvre d’un modèle de semaine de lecture à l’automne. Ce modèle est aujourd’hui reproduit par les universités à travers le pays. Il a aussi levé des fonds et créé un programme de bourse de 250 000 $ qui a pour but de faciliter l’accès à l’éducation pour les étudiantes et étudiants dans le besoin. Alexander a également participé à de nombreuses campagnes non-partisanes, que ce soit au niveau municipal, provincial ou fédéral, axées sur la sensibilisation des jeunes et sur la promotion de l’accès à l’éducation.

Rencontrez Diana!

Avec plus de 8 ans d’expérience dans le domaine des communications et du marketing, Diana est la directrice de Marketing à l’ASEQ et une experte en conception de campagnes multimédia et en coordination de projets. Elle a produit des campagnes télévisuelles, imprimées et numériques pour la chaîne de lunetterie Greiche & Scaff. Elle s’est également occupé de la gestion du visuel des magasins Dynamite. À l’ASEQ, elle s’assure que notre image de marque soit uniforme à travers toutes nos plateformes de communications en plus de créer du nouveau matériel marketing qui suscitera l’intérêt des étudiantes et étudiants. Grâce à son grand sens de l’organisation, elle s’épanouit dans un environnement en constante évolution. Elle demeure à l’affût des dernières tendances en matière de marketing et de tendance de consommation. Diana a étudié en marketing au Cégep Vanier et à l’Université Concordia.